Cette page thématique est dédiée à Stanislav Petrov, 1939 - 2017, qui aurait eu 80 ans le 7 septembre.

 

Un monde sans armes nucléaires est-il possible ?

 

Le monde a toujours été sans armes nucléaires jusqu'au 16 juillet 1945, date à laquelle la première bombe atomique a été testée avec succès dans le désert du Nouveau Mexique. Mais avant cela, le monde était tout sauf pacifique, comme l'histoire nous l'enseigne. Depuis les largages sur Hiroshima et Nagasaki, après trois semaines, les armes nucléaires n'étaient plus utilisées militairement. ce jour, plus de 2 000 essais d'armes nucléaires ont été effectués, notamment à Hiroshima et Nagasaki. Officiellement, ces deux opérations de guerre sont toujours déclarées militairement nécessaires pour mettre fin à la guerre, ce qui, à y regarder de plus près, semble plus que douteux.

 

Comme il n'y a plus eu de guerre mondiale depuis 1945, les armements nucléaires sont considérés par leurs partisans comme un maintien de la paix réussi par la dissuasion. Cela ne tient pas compte du fait que d'innombrables guerres par procuration ont fait rage pendant la guerre froide, à commencer par la guerre de Corée en 1950, qui, ensemble, peut être considérée comme une troisième guerre mondiale non officielle. Cela se poursuit encore aujourd'hui. L'humanité a également été au bord de l'effondrement à plusieurs reprises. Il suffit de penser à la crise cubaine de 1962, où les situations se sont multipliées et où une guerre nucléaire aurait éclaté accidentellement d'un cheveu de large. L'histoire de Stanislav Petrov, l'homme qui a sauvé le monde en 1983, en est un exemple.

 

Même si le danger d'une guerre nucléaire est aujourd'hui largement écarté par erreur, toute personne raisonnable veut un monde sans armes nucléaires. Ce monde doit aussi venir à tout prix si l'on veut sauver l'humanité de l'autodestruction. Albert Einstein, Bertrand Russell et d'autres scientifiques ont signé un Manifeste en 1955, qui souligne d'urgence les dangers et les effets possibles d'une guerre nucléaire. Entre-temps, de nombreuses déclarations scientifiques et politiques tentent, de la même manière, de convaincre les gouvernements nationaux du monde entier de renoncer aux armes de destruction massive et de les désarmer.

 

Un monde sans armes nucléaires - et après ?

 

Chaque année, les victimes des bombes atomiques d'Hiroshima (6 août 1945) et de Nagasaki (9 août 1945) sont commémorées dans le monde entier. Ils ne doivent pas non plus être oubliés, car l'ampleur de la dévastation qu'ils provoquent fait éclater toutes les idées existantes. Il est donc tout à fait juste que l'on résiste à tout armement nucléaire, car les risques sont tout simplement trop gigantesques. Avec un peu de cynisme, on pourrait le dire comme ça : Les guerres actuelles avec les armes conventionnelles sont inoffensives contre elle.

 

Le maire d'Hiroshima, M. Matsui, a appelé le monde en 2016 à s'unir pour abolir toutes les armes nucléaires. Il trouve des homologues dans le monde entier pour l'aider à le faire : Maires pour la Paix. Ce sont plus de 7000 maires représentant leurs villes et communautés dans cette alliance mondiale pour la paix. Il y a de l'espoir lorsque l'on apprend à quel point le désir d'un monde exempt d'armes nucléaires est soutenu. De nombreuses actions de paix en témoignent et depuis 2017, il existe même un traité de non-prolifération nucléaire internationalement contraignant. La Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN), qui a joué un rôle majeur dans ce domaine, a reçu le Prix Nobel de la Paix la même année.

Dans quelle mesure ce désir d'un monde exempt d'armes nucléaires est-il réaliste ? Un succès partiel peut être obtenu en retirant les armes nucléaires de certains sites et en créant des zones exemptes d'armes nucléaires. Un monde exempt d'armes nucléaires est toutefois une utopie dans les circonstances actuelles. Même si toutes les bombes atomiques existantes sont démantelées, les connaissances sur la production de ces armes de destruction massive restent dans l'humanité et peuvent être réutilisées à tout moment pour l'armement. Pour atteindre l'objectif du désarmement nucléaire mondial et maintenir ce statut, l'unification du monde (Maire Matsui) est en fait nécessaire.

 

L'unification de l'humanité est une condition préalable

C'est comme tout le reste : Si vous n'atteignez pas les objectifs que vous avez atteints, les résultats de tous vos efforts peuvent être ruinés du jour au lendemain. Nous avons besoin d'un Droit dans le Monde réel. Le droit international actuel est trop faible pour cela.

Voir, par exemple, le Traité INF de 1987 sur le désarmement des missiles nucléaires à moyenne portée. Depuis des années, des centaines de milliers de personnes préoccupées par l'avenir ont manifesté contre le stationnement de ces armes de destruction massive, qui sont extrêmement dangereuses en raison de leurs courts délais d'alerte. Les dirigeants politiques des deux grands blocs de pouvoir, Gorbatchev et Reagen, ont finalement donné raison. Aujourd'hui, tout cela est balayé d'un trait de plume par un président américain controversé. Les premiers nouveaux missiles de croisière américains sont déjà à l'essai. Le président russe Poutine annonce une "réponse symétrique". Ainsi, la course aux armements est à nouveau soulevée symétriquement et le danger d'une troisième guerre mondiale - presque oublié - est à nouveau réel.

 

Quiconque veut sérieusement défendre un monde exempt d'armes nucléaires doit également s'ouvrir à l'utopie positive d'une Union Mondiale démocratique dotée d'un droit mondial contraignant et applicable. Cette loi mondiale devrait empêcher toute tentative de produire ou de posséder des armes de destruction massive et les rendre punissables comme crimes mondiaux. Il existe déjà des objectifs intermédiaires concrets à cette fin. Parmi tous les nombreux mouvements pacifistes qui œuvrent pour un monde sans armes nucléaires, qui, parmi les "Maires pour la paix", est prêt à soutenir l'option d'un développement démocratique des Nations Unies afin de rendre les guerres impossibles ?

Il n'y a pas moyen de contourner l'Union Mondiale démocratique pour un avenir meilleur dans la paix, la liberté et la sécurité.